Prévention des risques

Risques naturels dans les Alpes

L'adresse d'un site pour en savoir plus sur les risques naturels susceptibles de toucher les massifs alpins.

Tout savoir sur la radioactivité

La Criirad ou Commission de recherche et d'information indépendante sur la radioactivité, a été la première à alerter lors du passage du nuage radioactif de Tchernobyl.

Facebook Twitter

Chanas conjugue biodiversité et lutte contre les crues

A Chanas, au sud de Vienne, la zone humide n’est pas un terrain de seconde catégorie à côté de l’autoroute, mais un bel espace, intégré dans le village et très utile contre les crues du Lambroz, la rivière locale.

«Tout est né en 2000, quand une habitante nous a donné une peupleraie en rive gauche, se rappelle Jean-Louis Guerry, le maire. Après réflexion avec le CAUE de l’Isère (Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l' environnement), nous avons transformé ce don en un programme d’urbanisme. Avec plusieurs objectifs. Nous voulions prévenir les inondations, mais aussi préserver la biodiversité et retrouver un bel endroit pour se promener ».
Ainsi, le Lambroz inondait régulièrement une demi-douzaine de maisons. Pour Rachel Anthoine, la paysagiste du CAUE qui a coordonné l’opération de 2003 à 2009 avec la DDT, « il fallait aussi valoriser un terrain dont les arbres masquaient la vue et divisaient le village en deux ». De 2008 à 2009, l’arrachage des peupliers a dégagé le paysage et un champ d’expansion des crues de 2,2 hectares.
Résultat : en rive gauche, la moitié du terrain donné est aujourd’hui en « friche maîtrisée ». On y aide la biodiversité, tout en luttant contre les espèces invasives comme la renouée du Japon. L’autre partie du site a été convertie en prairie avec un joli sentier et des tables de pique nique.
Parallèllement, en rive droite du Lambroz, la mairie a redessiné la place du marché aux fruits.
Selon le maire, « la prairie est bien investie par les habitants, pour les jogging ou le pique-nique ». Quant au champ d’expansion, il a limité les inondations au sous-sol d’une maison cet hiver. D’autant plus efficace que le lit du Lambroz a été recreusé et redessiné pour favoriser la rétention d’eau. « La zone humide affaiblit vraiment les crues », se félicite Jean-Louis Guerry.

Facebook Twitter

Protéger les Rhônalpins

Inondations, avalanches, éboulements... Le territoire rhônalpin est exposé aux risques naturels mais également technologiques avec ses nombreux sites industriels et des installations nucléaires dans la vallée du Rhône.. Depuis 2006, la Région soutient des actions visant à améliorer la connaissance et à la prévention des risques.

La gestion des risques technologiques : les Plans de prévention des risques technologiques (PPRT) organisent la cohabitation des sites industriels SEVESO avec les secteurs riverains, en limitant notamment l’urbanisation, mais aussi en permettant aux habitations existantes de bénéficier de meilleures protections, voire de pouvoir quitter les zones les plus exposées. La Région accompagne ces plans avec des mesures foncières, lorsqu’il s’agit d’expropriation ou de droit de délaissement, des mesures supplémentaires lorsqu’il s’agit d’aider l’exploitant à réduire les risques sur son site. Elle peut aussi proposer le renforcement du bâti.

Pour les risques liés à la radio-contamination, un partenariat a été établi avec la CRIIRAD, la Commission de recherche et d’information Indépendantes sur la radioactivité, association indépendante d’information et d’expertise sur les risques nucléaires et les contaminations radioactives. Un réseau de balises est actuellement déployé sur le territoire régional et un partenariat a été mis en place avec des citoyens de la région de Fukushima au Japon, suite à l’accident nucléaire de 2012.