Gares

Le pôle gare de Grenoble se métamorphose cet été

La réalisation de la nouvelle entrée gare, côté Europole, et de la future gare routière se poursuit. Leur mise en service est prévue fin juillet. Première étape, la transformation du parvis avec une nouvelle voie taxi à votre disposition le long de la rue Emile Gueymard.

250 gares au total

Plus de 100 gares ont été rénovées ou réaménagées dont 40 en centres d'échanges pour faciliter le passage d'un mode de transport à l'autre

Facebook Twitter

Des méga travaux pour désengorger la Part-Dieu

120 000 voyageurs se croisent quotidiennement en gare de la Part-Dieu, avec des pointes de 160 000 passagers les jours de grand départ.

Ouvert en 1983 pour l’arrivée du TGV, le centre d’échanges a été conçu pour 30 000 clients.Côté voies, la gare est un goulet d’étranglement où convergent 40 trains par heure, pénalisant la circulation des autres trains à l’échelle régionale et nationale.
Pour répondre à ce défi, un projet réunit la SNCF, RFF, le Grand Lyon, les Départements de l’Isère et du Rhône et la Région Rhône-Alpes au nom des TER qui concentrent 60 % du trafic ferroviaire de la Part-Dieu.
Des études de sols ont commencé dès l'été 2014, mais la première tranche de travaux se prolongera jusqu’en 2020.

83 M€ sont prévus pour construire une douzième voie de trains afin de fluidifier la circulation et fiabiliser les horaires.
Les bâtiments vont connaître un gros bouleversement. La surface d’accueil va doubler, passant de 15 000 m à 30 000 m2. La gare va s’étirer par l’est et l’ouest, avec la création de galerie commerciale et de services aux voyageurs pour libérer le hall d’accueil.
À l’est de la gare, depuis la voie Pompidou, quatre accès directs vers les quais, absorberont une partie du flux.

Une gare mieux insérée dans le quartier
Le parvis sera méconnaissable, les bâtiments de l’Horloge, de l’Orient et les hôtels actuels seront démolis. Le promoteur Vinci a chargé l’architecte Dominique Perrault d’une nouvelle construction « Two Lyon », deux tours abritant bureaux et hôtels.

Reste à répartir 180 millions d’euros entre les partenaires pour financer cette première tranche. Un nouveau tour de table sera nécessaire pour apporter 100 autres millions d’euros afin d’anticiper la croissance du trafic ferroviaire évalué à 58 trains par heure et 300 000 usagers d’ici 2030. Plusieurs hypothèses sont à l’étude, dont une qui préconise une  gare souterraine, comme à Tokyo, Bruxelles, Turin ou Barcelone.


Pour en savoir plus sur le projet : www.lyonpart-dieu.com

Réaménagement du Pôle d'Echanges Multimodal de Lyon Perrache

Facebook Twitter

Un projet d’envergure pour la Gare de Perrache

Terminus de la ligne Lyon Paris lors de son ouverture en 1857, réaménagée en pôle multimodal en 1970, la gare de Perrache et son centre d'échanges ont mal vieilli, avec des nombreux escalators, des passages voûtés sombres et malodorants. Son réaménagement est lancé.

« La gare de Perrache est comme un plat de spaghetti » résume Laurence Eymieu, la directrice Régionale de la SNCF. Prendre son train, gagner les quais du métro ou du tram relève d'un véritable parcours du combattant.
27 000 voyageurs descendent pourtant du train chaque jour. La majorité utilise les transports en commun de l'agglomération lyonnaise, pour s'y rendre ou poursuivre leur voyage jusqu'à destination. La gare est desservie par deux lignes de tram, la ligne A du métro, mais aussi 13 lignes de bus et 110 cars départementaux et internationaux.

L'ensemble des partenaires, l'Etat, le Grand Lyon, la Ville de Lyon, la Région Rhône-Alpes, SNCF, RFF et le Sytral on trouvé un accord pour financer ce projet d'un montant total de 67 millions d'euros. Moins de 10 millions concernent directement les accès aux quais de la gare. L'essentiel du projet consiste à relier les deux places : Carnot au nord, et Archives au sud, grâce à des accès ouvert aux piétons et aux cyclistes. Objectifs : simplifier et multiplier les accès aux quais, améliorer la gestion des flux de voyageurs dans un cadre plus agréable.

Côté Carnot, la gare retrouvera sa façade originelle et sera dotée de nouveaux services. Elle sera directement accessible par une allée en pente douce. Côté Archives, la circulation des voitures sera réorganisée. L'accès sera direct aux quais du Ter sur l'aile de la future faculté catholique et au métro.

Les travaux seront lancés en 2016 pour s'achever en 2020.