Cinéma et audiovisuel

Toutes les aides en ligne

Rhône-Alpes aime le cinéma

Pour en savoir plus, téléchargez la plaquette "Rhône-Alpes aime le cinéma et l'audiovisuel"

Facebook Twitter

CinéFabrique, le cinéma pour tous

80% des productions cinématographique professionnelles sont aujourd’hui regroupées dans la région parisienne. C’est en partant de ce constat que l’initiative de créer à Lyon une école de cinéma publique ouverte à tous, est née. L’objectif est également de donner une chance aux jeunes issus de la diversité, qui sont porteurs de projets artistiques forts et ambitieux mais bien trop souvent laissés « à la porte ». En effet, les écoles privées exercent une discrimination par le coût des études et les deux seules écoles publiques supérieures de cinéma se trouvent à Paris et sont excessivement sélectives.
Pour la rentrée 2015, la CinéFabrique va donc ouvrir ses portes à Lyon. L’école publique parrainée par Abderrahmane Sissako, le réalisateur de Timbuktu souhaite favoriser la diversité.

vers la professionnalisation

« Il existe une forte présence du cinéma à Lyon, avec une pépinière de talents » rappelle Claude Mouriéras, directeur de la CinéFabrique, qui accueillera les jeunes de 18 à 25 ans, bacheliers ou non. Les frais de scolarité seront calqués sur ceux du monde universitaire, c'est-à-dire 189 euros par an.
Pour assurer le financement de son budget, la CinéFabrique peut notamment compter sur la contribution de la Région, et du Centre national du cinéma.
C’est aussi la seule école à proposer la dernière année de formation en alternance afin de professionnaliser l’étudiant, après une première année de tronc commun et une deuxième année de spécialisation.
Un partenariat avec l’université de Lyon 2 pourrait aboutir à un statut de diplôme d’Etat.

La Poudrière, une pépinière de talents

Installée à Valence, la poudrière, école du film d’animation, a déjà fait ses preuves : ses anciens élèves brillent dans de nombreux projets au cinéma ou à la télévision.
Benjamin Renner, issu de la promotion 2007 de la Poudrière, a reçu le César du meilleur film d’animation pour son premier long métrage, Ernest et Célestine.
La 13ème  promotion de l’école est également prometteuse, en témoigne la sélection des films de fin d’études d’Elsa Duhamel (Pieds verts) au Festival international du film d’animation d’Annecy et la mention spéciale obtenue par celui de Marie Vieillevie (Soeur et frère) au festival Anima à Bruxelles.
Autant de jeunes talents qui devraient connaître une belle carrière puisque 90 % des diplômés trouvent du travail au sortir de cette formation.
Créée en 1999, l’école est installée depuis 2009 à Valence au sein de la Cartoucherie, pôle d’excellence du film d’animation qui conjugue production, formation et action culturelle.
La Poudrière, qui forme en deux ans une dizaine d’étudiants, est l’une des trois écoles françaises de cinéma d’animation les plus réputées. Elle a déjà obtenu plus de 70 prix internationaux.