Produits et filières

Ouvrage du CNRS " Produits de terroir : comprendre pour agir" (pdf - 2, 74 Mo nouvelle fenêtre)

Rhône-Alpes 1ère région de France en nombre d'AOC

70 % de la production viticole en Rhône-Alpes est classée en AOC.

La production sous signe officielle de qualité concerne 30 % des exploitations

1 Cluster de recherche sur "Qualité des plantes, agricultures et territoires"

L'aventure de Martine en images

Facebook Twitter

Le défi de Martine

Martine n'est pas timide et parle bien de sa nouvelle activité mais là, elle ne peut pas. Elle doit en effet concentrer toute son attention à la crème glacée qui sort de la turbine et passe le plus vite possible au stade de la surgélation. "Quand la température descend à  -30 degrés, la glace est saisie de l'intérieur", prend-elle quand même le temps d'expliquer. La veille, Martine avait préparé son mélange, son "mix", "un mélange liquide qui passe à la turbine, un appareil où se créée véritablement la glace puis enfin au surgélateur". Dans son labo flambant neuf, Martine s'active. Mais cela aurait été très différent voilà seulement un an et demi et pour cause, Martine a décroché en CFA son CAP de glacier en juin dernier. "Le déclic m'est venu en 2013 en regardant un reportage à la télévision sur un agriculteur qui diversifiait ses activités en faisant des glaces..." De son côté, Martine, dont le mari est expoitant agricole et éleveur, évolue dans les ressources humaines. Mais, à 54 ans, elle a donc fait le pari de reprendre des études "avec des jeunes, très sympas", de passer à temps partiel et d'investir financièrement dans un projet onéreux, avec un contexte plutôt tendu pour les agriculteurs et les producteurs de lait en particulier. "Ce n'est pas seulement pour moi, il s'agit aussi d'imaginer la suite de l'exploitation avec mon fils et mon neveu" explique-t-elle. Avec sept points de vente, des clients qui se fidélisent et d'excellents retours, les choses paraissent plutôt bien engagées pour Natur'elles, la société récemment créée.

Préparer les fêtes

"Le jour où j'ai vu quelqu'un regarder la boîte, la prendre et la payer en caisse ça a vraiement été une belle émotion...". Martine, qui n'utilise que des machines italiennes dans son labo "les meilleures, tout simplement", a volontairement positionné ses produits sur un secteur haut de gamme "car nos vaches produisent un lait très riche, je sélectionne des produits de qualité et mes glaces sont de vraies crèmes glacées avec une vraie densité", ajoute-t-elle.
Avec Natur'elles, Matine démontre s'il en était besoin qu'une nouvelle vie professionnele peut commencer quand on le souhaite avec du courage, de l'envie, de la passion.
Energique, souriante et confiante, la jeune glacière a commencé à préparer la période des fêtes riche en bûches et en vacherins qu'elle proposera, comme le reste de sa production, aux restaurants, magasins de producteurs et aux directement particuliers au coeur de la ferme de la Chapelle du Chatelard, dans l'Ain.

Champion du monde !

Arôme agréable. Souple et douce. Légèrement huileuse. Citronnée avec des épices. Pêches. Mandarine en seconde bouche. Lègèrement amère. Bon équilibre..." C'est en ces termes que les juges des World Beer Awards décrivent la Bière blanche "Thou" de La maison de brasseur de Pont d'Ain... dans l'Ain. Mais ces spécialistes qui récompensent chaque année le travail de milliers de brasseurs à travers le monde n'ont pas fait que décrire la bière blanche ("une fausse blanche" selon, son créateur, "je dirai plutôt une blonde d'été"), ils l'ont tout simplement désigné "Meilleure bière du monde de 2013" dans la catégorie "Pale". C'est donc officiel : on savait que Rhône-Alpes était une terre de brasseurs, car l'eau y est pure et les céréales abondantes mais ce sont désormais des spécialistes étrangers qui l'affirment : notre bière fait partie de l'élite.

Secrets d'alchimiste

Enfin, il s'agit surtout de la bière de Patrice Pobel, un jeune entrepreneur attaché à sa terre et à son département. C'est son attirance vers l'art si délicat de la transformation d'élements naturels comme le grain et l'eau en un produit complexe qui a décidé de son parcours. "Dans ce contexte, j'aurai pu devenir fromager ou boulanger avec la même passion" explique "le cuisinier" de Jujurieux (où la brasserie va prochainement déménager ). Car dès le départ, et poussé par son flair, et l'inaltérable besoin de conserver son identité, Patrice Pobel n'a pas suivi d'autres formations que celles des livres, des heures passées à travailler les métaux de ses cuves et à se casser les dents sur des dosages, des temps de chauffe et autres secrets d'alchimiste. Pas de mentor non plus pour cet autodidacte qui craignait par dessus tout d'être influencé, formaté et de perdre sa voix intérieure.
Patrice Pobel brasse depuis 2006 et a atteint aujourd'hui une production de 500 hectolitres par an, ce qui fait de sa structure une brasserie plutôt modeste, en volume évidemment. Car le succès est au rendez-vous comme l 'attestent les prix récoltés par ses différentes cuvées : rivière d'Ain (blonde), Bresse (ambrée), Mont Bugey (rousse) et bien sûr Thou (blanche) élue meilleure bière du monde, une première pour un brasseur français.

Filières agricoles : mieux répondre aux attentes du marché

Valoriser la production agricole rhônalpine qui est déjà diversifiée et de qualité : tel est le deuxième axe du Plan Régional pour l'Agriculture et le Développement Rural (PRADR). Huit mesures du Plan sur 25 portent sur l'amélioration de la stratégie des filières de produits agricoles et alimentaires, consistant à les aider à s'adapter au marché et à mieux répondre aux attentes des consommateurs, notamment par l'accompagnement des démarches d'innovation et de progrès. Cela passe naturellement... par le renforcement de la filière biologique.

L'agriculture vit également dans un monde de forte pression économique et de concurrence accrue. Mais elle est aussi un formidable potentiel d'innovations et de dynamisme. C'est pourquoi la politique régionale agricole mise sur la structuration et la promotion des filières agricoles à travers l'innovation et la mutualisation des moyens et des objectifs ; l'encouragement à la recherche et l'expérimentation avec les PEP (Pôles d'Expérimentation et de Progrès) enfin le renforcement sur ses enjeux des dynamiques collectives du secteur agroalimentaire.