Le ski alpin

La position de l'oeuf
Les skieurs français ont innové. En 1930, Émile Allais a été le premier à effectuer un virage en gardant les skis parallèles.
À la fin des années 1960, Jean Vuarnet et Georges Joubert ont inventé la position de l'oeuf qui assure une meilleure pénétration dans l'air.
Dans le Pilat aussi
La pratique du ski s'est développée rapidement dans plusieurs massifs de moyenne altitude, dont celui de Pilat. Dès 1909, se déroule une compétition de ski au Bessat devant mille spectateurs, selon le quotidien local.
Les premiers skieurs
Les lapons sont considérés comme les plus anciens usagers de skis. Certaines peuplades comme les Toungouses utilisent depuis des lustres des planches courtes garnies de peau pour ne pas reculer.

Un siècle sur les planches

Henri Duhamel fait figure de pionnier. Ce Grenoblois a découvert des « patins à neige » sur le stand suédois de l'exposition universelle de 1878 à Paris. Lorsqu'il les essaie, il avoue se trouver « aussi embarrassé d'en tirer profit qu'une carpe peut l'être d'une pomme ».

Les premiers à skier en France sont les militaires. Le capitaine Clerc équipe une petite unité du 159e régiment d'infanterie alpine à Briançon au début du XXe siècle. Encadrées par des officiers norvégiens, les recrues de l'école normale de ski fondée en 1905 repartent chez elles avec une paire de skis et un moule afin d'en diffuser l'usage et la fabrication. De même, le Touring Club de France incite les montagnards et les touristes à fabriquer eux-mêmes leurs skis. Dès 1900, Le Chasseur français, édité par Manufrance, fait de la réclame pour des skis.

Menuisier à Voiron, fournisseur de bobines, canettes et sabres de métier à tisser, Abel Rossignol confectionne ses propres skis durant l'hiver 1907-1908. En 1911, il effectue un voyage dans les pays nordiques pour se perfectionner. Après la Première Guerre mondiale, son atelier fournit l'armée et le Touring Club de France. À partir de 1936, se noue une collaboration technique avec le champion français Émile Allais, plus tard avec un autre Mégevan, Adrien Duvillard, champion de descente hors pair. À la suite de Rossignol, devenu le premier fabricant mondial de skis en 1968, toute une économie s'est développée, des skis Dynamic en 1931 aux fixations Salomon (1947), des chaussures Le Trappeur (1925) au fuseau des Alpes Fusalp (1952)...

Une baronne au mont d'Arbois

Le premier concours international de ski est organisé par le Ski Club alpin en février 1907 au mont Genèvre, le deuxième en 1908 à Chamonix, théâtre également de la première Semaine des sports d'hiver en janvier 1924. Hockey, patinage, bobsleigh, curling et ski nordique sont au programme de ces premiers Jeux olympiques d'hiver, mais aucune épreuve de ski alpin. Avec Grenoble en 1968 et Albertville en 1992, les Alpes françaises sont la seule région du monde où les JO se sont déroulés trois fois.

Les premières stations de ski sont « climatiques ». Elles sont aménagées à proximité d'installations thermales à Uriage, Allevard ou au Fayet, au pied du mont Blanc. Le déneigement des accès, le chemin de fer et le chauffage central dans les hôtels rendent possible l'avènement d'un tourisme hivernal. Dans les années 1920, la baronne de Rothschild jette son dévolu sur les pentes du mont d'Arbois au-dessus de Megève où sont construits un hôtel, des chalets et un premier téléski en 1933. La création des premières remontées mécaniques et du téléski, système plus rustique et moins onéreux que les cabines suspendues, modifie la donne et les paysages. En 1935, un premier câble est installé u col de Porte par un menuisier grenoblois, un remonte-pente à l'Alpe-d'Huez par Jean Pomagalski. La ruée vers l'or blanc est interrompue par la guerre avant de repartir de plus belle après la Libération.

Salomon, Rossignol et Dynastar

En octobre 1945, Pierre Cot, ancien ministre du Front populaire, évoque l'idée de financer des réalisations touristiques par le département de Savoie, « d'ouvrir la montagne à la jeunesse française grâce à une exploitation à caractère social ». Avec le concours du ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme et de Laurent Chappis, qui avait dessiné des plans durant sa captivité, un premier projet dénommé Courchevel 1850 voit le jour dans les Trois-Vallées sur le plateau des Tovets. Le premier d'une longue série aux Arcs, à Tignes... en haute et moyenne montagne.

La France possède le plus grand domaine skiable du monde qui doit faire face à une concurrence accrue d'autres massifs et d'autres destinations touristiques. Le ski n'est plus la seule raison d'être des stations. Leur palette s'est étoffée : spa, speed flying (ski et parapente), randonnées en raquette ou peau de phoque, ski joëring (ski tracté par des chevaux) sont aujourd'hui à l'affiche... L'exploitation de l'or blanc s'est mondialisée.

De nouvelles clientèles découvrent les sports d'hiver. Revers de la médaille, de nombreusesproductions sont délocalisées. Fin novembre, 200 salariés de Salomon à Rumilly ont participé à une « cérémonie funèbre symbolique », à l'enterrement de la dernière paire de skis fabriquée dans l'usine ouverte en 1988. Cette production a été délocalisée en Autriche et en Bulgarie. Les deux autres grandes marques de skis françaises, Dynastar et Rossignol, ont été vendues le 13 novembre à un consortium à capitaux américains et australiens, dirigé par un ancien patron de Rossignol. Seule l'usine de Dynastar à Sallanches reste en activité en France.

À l'image de Lacroix, qui se concentre sur le design, la technologie, le marketing et qui produit en Autriche et en Slovénie, l'avenir du ski français slalome entre recherche et innovation. Il est affaire de matière grise. Un horizon complexe. Moins lisse.

Pour aller plus loin :
L'Encyclopédie du ski par Jean-Jacques Bompard, Herme, Edition 2005.
La Grande Histoire du ski, exposition et livre aux éditions du Musée dauphinois à Grenoble.
Les Pionniers de l'or blanc, Philippe Révil, Raphaël Helle, aux Éditions Glénat.

Architecture : une balade dans les stations

Avoriazla Station d'AvoriazLa Région et l'École d'architecture de Grenoble proposent un parcours virtuel dans des stations de sports d'hiver.
Courchevel, Megève, Les Arcs, Avoriaz et Flaine sont de véritables laboratoires de l'architecture et de l'urbanisme contemporain. Charlotte Perriand, Emile Allais, Denys
Pradelle, Laurent Chappis, Jean Vuarnet apparaissent comme des architectes pionniers.

La pratique du ski dans les Alpes est relativement récente, alords qu'en Sibérie elle remonte à la préhistoire. Les premiers Alpins sur des planches sont peut être les habitants du Duché de Crain en Slovanie, vers 1689. Il faut attendre la fin du XIXe siècle pour que des skis pointent le bout de leur spatule à Chamrousse.