Thuasne, le textile médical

LE GROUPE THUASNE a réalisé 110 M€ de chiffre d'affaires en 2007, dont 40 % à l'exportation.
Il emploie près de 1000 personnes, dont la moitié environ en Rhône-Alpes : près de 400 salariés à Saint-Étienne et une centaine à Heyrieux (Isère).
1500 COMMANDES TÉLÉPHONIQUES par jour de pharmaciens et magasins d'orthopédie sont traitées par le service clientèle à Saint-Étienne. L'entrepôt logistique prépare et expédie 3000 commandes par jour.

Des masques contre la grippe aviaire


Thuasne est l'une des cinq sociétés retenues par l'État français pour fabriquer des masques de protection contre la grippe aviaire. C'est le site d'Heyrieux qui assure cette production de 50 millions de masques en deux ans, outre son activité habituelle de fil guipé. À cette occasion, Thuasne a réalisé un investissement de 500 000 à 600 000 €.

 

En 1847, Auguste Cattaert ouvre un négoce de rubans dans la Somme. Déjà, il tisse des liens avec le berceau de la production rubanière : Saint-Étienne. Son fils Gustave rachète en 1881 une entreprise de production d'élastiques étroits pour bretelles et jarretières que son neveu, Maurice Thuasne, reprend en 1908.

Trois ans après, contraint de déménager à la suite d'un incendie, il choisit naturellement la cité stéphanoise. Aujourd'hui, Thuasne et Compagnie est dirigée par l'arrière arrière-petite-fille du fondateur, Élizabeth Ducottet. Une histoire de famille. L'entreprise s'est orientée vers un créneau à forte valeur ajoutée : le textile médical.

« Ceux qui sont restés dans la confection n'ont pas pu résister à la concurrence de pays à faibles coûts de production », constate Laurent Martinet, le directeur industriel. Ce choix impose d'innover sans cesse. En 1936, Thuasne conçoit la première bande à varices. En 1968, la gamme d'orthèses de protection sportive apparaît. Peu après, c'est la ceinture lombaire et, dans les années 1980, le bas de contention. En 2007, Thuasne a reçu le Janus industriel de la santé pour une ceinture lombaire pour femme en coton bio.

Le centre de recherche-développement, qui emploie trente personnes à Saint-Étienne, collabore avec d'autres industriels et avec des chercheurs au sein du Réseau industriel national d'innovation du textile et de l'habillement, présidé par son P-DG, Élizabeth Ducottet. Il est entré dans les pôles de compétitivité régionaux Techtera, pour les textiles techniques, Sporaltec, pour les sports et loisirs, et Minatec pour les nanotechnologies. Cette politique d'innovation a permis à Thuasne de se déployer : le groupe compte six usines en Europe, seize filiales, trente distributeurs dans le monde et un bureau au Japon.

" Nous nous développons discrètement mais sûrement, commente Laurent Martinet, en préservant des savoir-faire ». Dans l'atelier de tissage, la centaine de machines croisent chaînes et trames comme tout bon métier. Mais un vrombissement assourdissant a remplacé le fameux « bistanclaque » et les fils ne sont pas de soie, mais de viscose ou de polyester.
« Plusieurs tisseurs de mon équipe avaient auparavant leur propre
entreprise », fait remarquer le chef d'atelier, Jean-Claude Joubert. À quelques pas de là, dans la zone industrielle de la Chauvetière, un bâtiment bleu orné de jaune, aux couleurs de Thuasne, plus moderne, abrite...des machines à tricoter. Grâce à la commande numérique et au latex, des bandes textile haute performance ayant déjà la forme d'un genou ou d'un coude sortent des machines. Des capteurs électroniques vérifient la force de la contention des bas mais, en bout de chaîne, rien ne vaut l'œil averti et la main gantée des contrôleuses. Autre « secret » de la réussite de l'entreprise : tout faire, ou presque, y compris la logistique. Dans un vaste entrepôt, l'informatisation du stockage et de la préparation de commandes permet une grande réactivité. « C'est essentiel pour nous », souligne Laurent Martinet. Cette organisation industrielle intégrée n'empêche pas les salariés de connaître parfaitement les clients. Le responsable de la ligne de production de prothèses mammaires en silicone manie sans difficulté le nom compliqué de la pathologie des utilisatrices ! Les conseillères clientèle répondent, toute la journée, aux questions pointues des pharmaciens, médecins ou négociants de matériel d'orthopédie. Qu'un enfant frêle ou un adulte imposant arrive, quelque part en Europe, dans un centre de grands brûlés ou un sanatorium... et l'atelier Thuasne spécialisé dans le sur-mesure se met en action : 28 patroneuses et couturières créent des habits de contention personnalisés et adaptent des produits à des demandes particulières : « Nous expédions 180 paquets par jour, explique la responsable, Régine Léveillé, parfois juste pour des bas à bouts ouverts ».

1847

Création de la société d'origine


1912

Installation à SaintÉtienne, rue Jomayère, qui reste le coeur de l'entreprise. Le siège social est situé à Levallois-Perret en région parisienne


1980

Première filiale en Belgique

1991

Élizabeth Ducottet prend la direction de l'entreprise


2007

160 ans du groupe : concours créatif auprès des étudiants de l'École nationale supérieure des arts décoratifs et de l'école des Gobelins, et concours d'idées auprès des salariés