La caverne du Pont d'arc

Infos pratiques

La Caverne se visite uniquement en groupe restreint. Pour votre confort, il est préférable de réserver en ligne sur www.cavernedupontdarc.fr

55 Millions d'euros
Le projet scientifique, artistique et technologique de la caverne est financé par la Région et le département de l’Ardèche, avec l’appui de l’Etat et de l’Europe, à hauteur de 55 millions d’euros. Il sera géré par un délégataire, Kléber Rossillon, qui prévoit une fréquentation annuelle de 300 à 400 000 visiteurs.

Documentaires

  • Le studio d’animation Folimage produit « 36 000 ans plus tard », une série de 15 films d’une durée d’une minute, de 15 réalisateurs. Ils seront diffusés sur la plateforme Arte créative en avril.
  • « Les génies de la grotte Chauvet », un documentaire de Christian Tran retrace le travail de reconstitution des équipes artistiques, de l’éblouissement de la découverte à l’assemblage final. Coproduit par Arte, il sera diffusé dimanche 3 mai.
Facebook Twitter

La caverne du Pont d'Arc ouvre ses portes au public

Trente ans après la découverte de la grotte du Pont d'Arc, dite grotte Chauvet, sa réplique, la caverne du Pont d'Arc a ouvert ses portes le 25 avril 2015. Le public peut enfin venir admirer ce chef d'oeuvre de l'art pariétal daté de 36 000 ans.

 

"C'est l'histoire de l'art qui s'unit à la préhistoire mais aussi un site touristique considérable qui va s'ouvrir" a déclaré François Hollande lors de l'inauguration de la caverne du Pont d'Arc, réplique de la grotte Chauvet et plus grand fac similé jamais édifié. Pour Jean-Jack Queyranne, "la caverne du Pont d'Arc est un grand projet dont la Région Rhône-Alpes peut être fière, une promesse de développement pour le sud de l'Ardèche."

Après plus de trois ans de travail, de conception aussi bien technologique qu'artistique (voir article ci-dessous) la plus grande réplique d'une oeuvre d'art jamais conçue va pouvoir s'ouvrir aux dizaines de milliers de visiteurs attendus.

Facebook Twitter

Embarquement immédiat pour la caverne du Pont d'Arc


Descente dans la grotte Chauvet, nouveau joyau... par lemondefr

La réplique de la grotte ornée du Pont-d’Arc a ouvert ses portes au public le 25 avril 2015.

Après trois ans de travaux, le résultat est à la hauteur du chef d’œuvre préhistorique. Datée de 36 000 ans avant Jésus-Christ, découverte en 1994, classée en 2014 au patrimoine mondial de l’UNESCO, la grotte Chauvet possède enfin sa réplique.
Mille dessins du paléolithique, dont un majestueux bestiaire composé de quatre-cent-vingt-cinq animaux, la plupart dangereux : le trésor de la grotte est unique par son ancienneté, sa taille, la qualité et la liberté de son exécution. Quatorze espèces ont été identifiées : ours, rhinocéros laineux, mammouth, lion, panthère des neiges, bœuf musqué, bison, auroch, bouquetin, cerf, renne, cheval et même un hibou.
La réalisation de la réplique constituait un formidable défi, relevé avec passion grâce à l’étroite collaboration entre l’équipe scientifique, le cabinet d’architectes Xavier Fabre-Vincent, associés à plusieurs ateliers de sculpteurs, mouleurs, peintres et décorateurs et quelque trente-cinq entreprises.

De la grotte Chauvet à la Caverne du Pont d'Arc : une ambiance préservée

Fraîcheur, humidité, obscurité, silence, odeurs, la mise en scène  a particulièrement soigné l’atmosphère dans laquelle se plongera le visiteur. La totalité du parcours s’effectue, comme dans la vraie grotte, sur une passerelle de 800 mètres de long, avec une dizaine de stations d’observations des points remarquables. Le relief des parois est restitué au millimètre, les peintures, gravures sont traitées à l’échelle 1 à partir de relevés numérisés.

Stalagmites, stalactites, draperies, parois et sols concrétionnés au fil du temps, ont été reproduits. Pour prolonger son éblouissement, le visiteur profitera de la Galerie de l’Aurignacien. Consacrée aux premiers Homo sapiens d’Europe, cette exposition permanente se penche sur les conditions de vie de nos lointains ancêtres de la fin de la période glacière.

Le site du Razal comporte également une salle d’exposition temporaire qui proposera, en lien avec le musée du quai Branly à Paris, des expositions inédites d’envergure nationale.