Qualité des eaux, ressources et biodiversité

2 mg de PCB/kg : c'est le seuil maximal défini pour la consommation du poisson

Focus

A Mépieu, en Isère, la création d'une réserve naturelle régionale, il y a dix ans, a permis de protéger et d'entretenir 161 hectares d'étangs, de prairies et de tourbières

Les agriculteurs ont joué le jeu en remplaçant les grandes cultures par des prés. « Il n'y a plus de risque de pollution des étangs. On a regagné les milieux ouverts favorables aux orchidées, des zones humides en bon état pour les oiseaux migrateurs et les tortues d'Europe », se félicite Raphaël Quesada, le conservateur de la réserve. Un chemin a été ouvert le long de l'étang principal en 2012, aujourd'hui très fréquenté par les riverains.

Facebook Twitter

L’écologie au cœur du Vieux Rhône de Donzère Mondragon

Le Vieux Rhône de Donzère Mondragon et sa plaine alluviale sont des secteurs prioritaires à réhabiliter pour leur fort potentiel écologique.

Ce territoire, impacté par les inondations et la production d’énergie hydraulique, est situé sur 3 régions (Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d’Azur) et 4 départements (Ardèche, Drôme, Gard et Vaucluse).
C’est la portion la plus longue du fleuve Rhône avec 29 km.a majeure partie du débit en est déviée vers un canal artificiel construit en parallèle. Des études de réhabilitation des annexes fluviales (milieux humides, lônes*) ont été menées en 2011 avec les acteurs locaux, qui ont ensuite pris part aux actions envisagées pour préserver la biodiversité de ce site. 

L’année 2017 devrait voir les premiers travaux du canal de Donzère Mondragon pour retrouver un fleuve de bonne qualité et augmenter la diversité des milieux et des habitats. C’est un atout pour le territoire, en synergie avec le développement touristique et économique. Cette opération est portée par la Compagnie Nationale du Rhône avec le soutien de l’Agence de l’eau Rhône, Méditerranée & Corse et des Régions Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Languedoc-Roussillon.

* lône : zone naturelle, ancien méandre du fleuve, asséché ou en eau 

Suivi scientifique de la restauration écologique du Rhône

Lones sur le RhônePhoto : © JM Olivier

Une restauration hydraulique et écologique du Rhône a été conduite depuis 2000 sur 4 secteurs : Chautagne, Belley, Brégnier-Cordon et Pierre-Bénite. L’augmentation des débits réservés (débits minimums d’eau) dans les Vieux Rhône de ces zones et la restauration de 26 bras secondaires du fleuve ont favorisé les espèces typiques des grands cours d’eau que la construction des barrages avait fragilisées. A Pierre-Bénite par exemple, la proportion des poissons de grands fleuves (barbeau, ablette, hotu, spirlin) a triplé. Cependant, les résultats dans les différentes zones sont hétérogènes : les plus probants sont enregistrés là où les augmentations de débits réservés sont les plus importantes.

On sait que les lônes évoluent dans le temps : des processus d’érosion-sédimentation et de colonisation par les organismes aquatiques se mettent en place. Un comblement inéluctable se produira sur les lônes remises en eau, mais pas avant plusieurs décennies.

Le suivi scientifique avant et après restauration du Rhône, mené par la ZABR (Zone Atelier Bassin du Rhône qui rassemble 14 établissements de recherche), est exceptionnel à l’échelle internationale par sa durée, son ampleur et sa cohérence. Il permettra d’élaborer et de tester des stratégies de gestion du fleuve Rhône à long terme.