Actualités

Solidarité internationale: formez-vous !

Retrouvez ici les formations liées à la solidarité internationale disponibles en Rhône-Alpes.

Espace 15-25

Vous êtes lycéens, apprentis, étudiants, en recherche de formation ou d'emploi ... ? Découvrez l'espace 15-25 conçu pour les 15-25 ans où vous trouverez toutes les aides de la Région pour se former, étudier à l'étranger, se divertir ... mais aussi des actualités et l'espace M'ra. N'attendez plus !

Flux Rss de l'article - Région Rhône-Alpes - Actualités Formations - Lycées - Apprentissage

La "revanche" d'Emie Bruchon

 © : Ministère de l'Éducation nationale / Philippe Devernay Emie Bruchon tient sa "revanche". Immense sourire aux lèvres, la bachelière de 20 ans est la seule fille à avoir remporté le premier prix du concours général, dans la section "ébénisterie".

Vendredi dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne à Paris, au milieu des 123 autres lauréats du concours général, elle attend très émue, dans sa robe noire, son tour de monter sur l'estrade.
"Pour moi, c'est vraiment une revanche. Quand après mon année de seconde générale très moyenne, j'ai finalement opté pour un CAP, c'était un choix difficile et j'ai mis trois années à l'assumer", explique la jeune femme, dont le meuble réalisé pour le concours, une petite commode blanche avec trois tiroirs, trône dans l'entrée de la Sorbonne.

Très fière après des années compliquées

"Je ne disais jamais que je faisais un CAP, j'avais honte. Les gens ont une idée tellement négative des filières professionnelles", reconnaît la Lyonnaise, qui aimerait que cela change "car il est possible d'exceller dans ces domaines".
Elle se dit "très fière" après toutes ces "années compliquées", pendant lesquelles elle "a beaucoup douté". "Je me suis retrouvée du jour au lendemain dans une classe composée uniquement de garçons. J'étais une élève plutôt moyenne et soudain j'étais en tête de classe. Ce n'était pas toujours facile à vivre et certains moments ont même été très difficiles."

Déjà un contrat

Mais, en quelques jours, toutes ces difficultés sont passées au second plan: elle a décroché son bac avec mention bien, le premier prix au concours général, a été retenue pour un diplôme des métiers d'art en alternance pour l'an prochain. Et, surtout, elle a déjà signé un contrat avec une grande entreprise lyonnaise de mobilier.
"Quand vous êtes une élève moyenne à l'école, vous finissez par vraiment douter de vous, tout le temps. Depuis que j'ai commencé à faire de l'ébénisterie, mes profs m'ont toujours félicitée, mais je dénigrais toujours ce que je faisais", confie-t-elle.

"Je peux relever la tête"

"Ce prix m'a ouvert les yeux et je sens que je peux relever la tête", ajoute-t-elle radieuse, en jetant un coup d'oeil au plafond somptueux de l'université parisienne.
Plus de 14.000 élèves ont participé en 2014 au concours général qui distingue les meilleurs élèves des lycées d'enseignement général, technologique et professionnel dans 48 disciplines

(AFP)

Flux Rss de l'article - Région Rhône-Alpes - Actualités Formations - Lycées - Apprentissage

À quoi ressemblera le futur lycée Mounier

Un nouveau chapitre de l'histoire du lycée Emmanuel Mounier s'est ouvert lundi 23 juin, à Grenoble. Longtemps menacé de fermeture, en raison de la vétusté de ses locaux, l'établissement sera finalement reconstruit à partir de 2016...
C'est une annonce qui était plus qu'attendue. Toute la communauté éducative était rassemblée lundi pour découvrir en avant-première la maquette du futur lycée général et technologique Mounier, qui accueillera également le lycée professionnel Jean-Jaurès et le Clept (collège lycée élitaire pour tous). « En tant que parent d'élève, je suis très heureux, témoigne Marc Garnier, membre du collectif Mounier. Le projet répond à notre demande de reconstruction du site, sans départ des élèves. On ne peut qu'être satisfait ».
Le projet prévoit la démolition des locaux existants et la reconstruction d'une enceinte pouvant accueillir jusqu'à 1300 élèves. Le futur site, imaginé par les cabinets d'architectes Ataub et Arto, sera divisé en trois entités distinctes : le pôle scolaire, dans un bâtiment de quatre étages en forme de L; le pôle hébergement/restauration, avec trois bâtiments accueillant un internat de 200 places, 10 logements de fonction et un restaurant scolaire de 400 places; enfin, un pôle sportif avec gymnase et terrain de sport.

Un lycée écologique

L'ensemble sera « ouvert sur la ville, explique Yves Moutton, architecte à Arto. Nous allons dégager la vue sur les montagnes ». Côté boulevard, un grand préau fera le lien avec l'extérieur. "C'est plus convivial qu'une clôture", commente l'architecte, qui souligne aussi la "dimension écologique du projet : « Les bâtiments seront à énergie positive, les toitures seront végétalisées et des panneaux solaires seront installés pour récupérer la chaleur ».
Montant estimé des travaux : 50 millions d'euros, entièrement financés par le Conseil régional. Le chantier débutera en 2016, pour une durée d'au moins deux ans.

La Martelière, tour d'horizon d'un lycée rénové