Actualités

Le site Internet du Pôle Rhône-Alpes de l'Orientation a fait peau neuve. Découvrez de nouveaux services et une navigation facilitée.

Eureka établissements de formation 2015-2016 : l'appel à projets feuilletable

Partir à l'étranger dans le cadre de vos études ?

Pour faire le bon choix, consultez les blogs et rapports des anciens boursiers Explo'ra sup et contactez-les. Vous trouverez également des offres de stages à l'étranger.

Se former tout au long de la vie...et à distance

Facebook Twitter
Flux Rss de l'article - Région Rhône-Alpes - Actualités Recherche - enseignement supérieur

Ecotoxicologie : «Faire sauter des verrous scientifiques »

Rencontre avec Bruno Combourieu, directeur scientifique de Rovaltain research company

  • Qu’est ce que le pôle Ecotox ?

Le pôle Ecotox a d’abord été une association. Créée en 2009, elle avait pour mission de créer un grand équipement dédié à l’écotoxicologie et à la toxicologie environnementale sur le site de Rovaltain, près de Valence. C’est-à-dire un laboratoire où l’on étudie l’impact des substances chimiques ou biologiques sur l’homme et l’environnement. En 2013, une Fondation est née pour soutenir la recherche fondamentale sur le domaine. Puis, l’an dernier, nous avons créé Rovaltain research company (RRCo), une société privée, une SAS, qui gère les activités scientifiques de ce pôle.

  • Quels sont les objectifs de la nouvelle société?

RRCo est un prestataire de service scientifique. Son premier objectif est de répondre aux besoins de ses clients, laboratoires publics ou industriels. Nous réalisons des analyses de contaminants ou des tests d’écotoxicité de substances chimiques. Nous menons aussi des recherches appliquées : nous avons par exemple reconstitué une mini-rivière pour observer l’impact d’une substance dans cet écosystème.

  • Quelle est sa particularité?

Notre mixité. Ainsi notre capital est à plus de 50 % issu de fonds privés. Parallèlement, les travaux de construction de notre futur laboratoire de 7000 m2 (l’actuel n’en fait que 350), qui sera prêt en 2016, s’élèvent à 35 M€, financés à 50/50 par de l’argent public et du privé. A la différence des chercheurs académiques, notre objectif n’est pas de publier nos résultats, mais de faire sauter des verrous scientifiques pour d’autres chercheurs.

  • Qu’est-ce que cela change à la recherche?

Cela offre une vision moins élitiste de la science : nous misons plus sur l’interdisciplinarité. Dans notre laboratoire, il y a des chimistes, des biologistes, des mathématiciens qui modélisent et font des statistiques. En écotoxicologie, cette plurisdisciplinarité contribue à objectiver le principe de précaution. Au moment d’une décision publique face à une crise de pollution, par exemple, cela offre une vision plus large et précise du risque.

  • Quelles recherches avez-vous déjà menées?

Nous avons par exemple évalué la présence de pesticides dans l’air intérieur, dans le cadre d’une étude du Centre Léon Bérard sur les liens entre cancer et environnement. Pour un consortium CNRS/Inra (*), nous allons expérimenter l’impact des boues de station d’épuration dans l’agriculture. Ainsi, nous allons déposer des boues sur des petites colonnes de sol reconstitué, pour analyser leur impact toxicologique grâce à des capteurs. Ce test en laboratoire élimine les effets « parasites » qui se produisent dans la nature. Grâce aux résultats, nous espérons avoir une vision plus juste de l’impact effectif de ces boues. Et objectiver, le cas échéant, le principe de précaution.

(*)  Inra : Institut national de recherche agronomique

Facebook Twitter
Flux Rss de l'article - Région Rhône-Alpes - Actualités Recherche - enseignement supérieur

Lancement de l'école de cancérologie

Cette école a pour ambition de décloisonner les formations, de créer une pépinière de talents pour renforcer la recherche en Auvergne Rhône-Alpes.
Le 7 juillet, l’école de cancérologie a été lancée lors des Oncoriales, première rencontre entre des étudiants et jeunes talents autour du cancer. Une centaine de participants, dont 80 étudiants, se sont retrouvés à Andrézieux pour échanger avec une vingtaine de chercheurs, médecins, entrepreneurs, associatifs et élus.
Au cours de cette journée, les bases de l’école de cancérologie ont été réaffirmées : il s’agit de constituer un réseau, une pépinière de talents pour créer des liens entre les formations universitaires de biologie, physique, chimie, sciences humaines et favoriser la mobilité des chercheurs.

Facebook Twitter
Flux Rss de l'article - Région Rhône-Alpes - Actualités Recherche - enseignement supérieur

L'excellence médicale dans la Loire

Le campus santé innovations de Saint-Etienne, récemment inauguré, est unique en France grâce à sa taille de 15000m2 ou sa labellisation au titre du programme investissements avenir mais surtout parce qu'il rassemble différentes composantes :

  • une faculté de médecine
  • une bibliothèque universitaire spécialisée en santé
  • 15 laboratoires et unités de recherche
  • 2 clusters dédiés à la médecine et à la santé
  • un pôle de technologies médicales

Le site accueille ainsi 3000 étudiants, futurs médecins, pharmaciens, ingénieurs ainsi que des chercheurs dans des disciplines aussi innovantes que les biomatériaux ou la biomécanique des tissus mous... Le lien entre les études et la professionalisation des élèves est ainsi favorisé, comme celui entre recherche fondamentale et recherche clinique avec des structures de pointe comme le centre ingénierie et santé ou l'institut régional de médecine et d'ingénierie du sport.

Facebook Twitter
Flux Rss de l'article - Région Rhône-Alpes - Actualités Recherche - enseignement supérieur

Pulsalys booste l’entreprenariat chez les étudiants

Aymeric Raguet, un ancien élève de l’Ecam et de Lyon III, vend des tatouages éphémères dessinées par des artistes, dans les boutiques et sur Internet. Voilà deux ans qu’il a créé son entreprise Sioou avec un associé et espère embaucher cette année.

Alexandre Bichet sortait de l’Ecole de commerce de Grenoble quand il a lancé « Hippocketwifi » un boitier qu’il loue aux touristes et qui les connecte au WiFi pendant leur séjour, sans avoir à souscrire un contrat avec un opérateur français et sans se ruiner non plus.

Quant à Caroline Badre en 5e année à l’INSA, elle s’apprête à lancer avec trois associés, une solution portative pour refroidir sa boisson favorite sans apport d’énergie. Une sorte de glaçon portatif de la taille d’un stick à lèvres à moins d’un euro l’unité.

Ces jeunes  entrepreneurs ont la particularité d’être accompagnés par Pulsalys, une structure créée pour accélérer le transfert de technologie mises au point dans les labos de recherche publique vers une application commerciale. Elle incube déjà 103 étudiants au projet prometteur et au profil très variés. C’est une Société d’accélération de transfert de technologie Lyon Saint-Étienne, née, début 2014 dans le cadre du Programme d'investissement d'avenir, du regroupement de Lyon Science Transfert, service de valorisation de l'Université de Lyon, et de l'incubateur Crealys. Objectif : doubler, en dix ans, le nombre de brevets exploités et multiplier par trois le nombre d’entreprises créées.

Mon stage en ligne : simple et efficace

La plateforme monstageenligne.fr de l'ONISEP facilite les relations entre l'école et les entreprises. Cette interface est facile à utiliser pour les jeunes et pratique pour les entreprises car elle répond à des besoins concrets.

Faire un exposé sur la Région

  • Ecoliers, collégiens, lycéens, étudiants ou enseignants : vous préparez un travail scolaire sur la région Rhône-Alpes ? Nous mettons à votre disposition sur rhonealpes.fr un espace didactique pour vous aider.