Actualités

Facebook Twitter

Santé et biodiversité, le point sur la recherche

« Notre santé dépend-elle de la biodiversité ? » était au centre du premier colloque scientifique national « Santé et Biodiversité », organisé par Humanité et Biodiversité, VetAgro Sup et la Région Rhône-Alpes en octobre 2014, en partenariat avec les universités de Lyon, l’Agence régionale de l’eau, l’Agence régionale de la santé et l’Organisation mondiale pour la santé animale (OIE).
Un an après, l’association Humanité et biodiversité, présidée par Hubert Reeves, publie les actes de ce colloque sur son site Internet. Il s’agit de regards croisés de chercheurs, dans des disciplines différentes, faisant le point sur les travaux scientifiques les plus récents établissant les liens entre santé humaine, santé animale et végétale.

En savoir plus : www.humanite-biodiversite.fr

Une charte pour la filière bois énergie

Propriétaires, exploitants de chauffage, offices publics d'aménagement, collectivités... les partenaires gravitant autour du chauffage au bois ont signé la première charte bois énergie de Rhône-Alpes et ont créé le comité bois énergie. L'objectif est d'optimiser et préserver la ressource et de proposer une vision commune de l'évolution de la filière.

Transition énergétique : Rhône-Alpes se mobilise

Ce livret présente toutes les actions menées par la RRA en la matière : plan Climat, lycées écoresponsables, énergies renouvelables, économies d'énergie, rénovation des bâtiments….
Différentes actions complémentaires pour construire un nouveau modèle énergétique plus sobre en énergie.

IMPORTANT

Vous consultez actuellement le site de l'ancienne Région Rhône-Alpes, collectivité disparue le 31 décembre 2015 et unie depuis avec l'Auvergne. Les informations des rubriques Actions et Aides de ce site sont toujours valables.
Les politiques et les dispositifs mis en œuvre par la Région Rhône-Alpes se poursuivent jusqu'à ce que les nouveaux élus prennent de nouvelles décisions. Elles concerneront alors l'ensemble de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.
Pour suivre l'actualité de la nouvelle Région Auvergne-Rhône-Alpes, rendez-vous sur www.auvergnerhonealpes.eu

2 listes rouges des espèces menacées

La liste des espèces menacées sont validées par des autorités scientifiques. En région Rhône-Alpes, il en existe deux : celle des vertébrés terrestres et celle des odonates (libellules).

La Ligue de Protection des Oiseaux a créé la liste des vertébrés terrestres : amphibiens, reptiles, oiseaux, mammifères, en 2008, mise à jour en 2015.

Le groupe Sympetrum a établi la liste des odonates, les libellules en 2014.

Toutes sont validées par l'Union Internationale pour la conservation de la nature (qui a créé les listes rouges) et par le conseil scientifique régional de protection de la nature.
Une espèce est considérée comme menacée selon plusieurs critères : l'évolution des populations, leur fragmentation, leur densité, sa répartition sur le territoire, avant d'être classée par niveau de menace.

Sans aucune valeur juridique, ces listes sont des outils de connaissances. Elles permettent de faire un état des lieux de la faune et d'identifier les dangers qui pèsent sur les es-pèces. Mais elles servent surtout aux associations et collectivités à mettre en place des actions de préservation.

« Nous travaillons avec ERDF et RTE pour les aider à limiter l'impact de leurs lignes électriques sur ces populations d'oiseaux », détaille Julien Girard Claudon, de LPO Rhône-Alpes.

Un tiers des vertébrés recensés par LPO subit les conséquences de l'agriculture et de l'urbanisation. 30% des espèces d'odonates le sont également : « Le réchauffement climatique est leur première menace », développe Cyrille Deliry, coordinateur de la liste. « Les milieux changent, les libellules se déplacent mais les populations régressent », conclut-il.

Menace sur la flore

Narcissus dubius et Anacamptis laxiflora sont en danger. Le "narcisse douteux", une fleur à pétales blancs, et l'orchidée des prairies humides font en effet partie des espèces de Rhône-Alpes placées sur la liste rouge établie par les conservatoires botaniques nationaux des Alpes et du massif central.

En Rhône-Alpes, 23 % des espèces sont menacées, notamment par la croissance des villes, par l'agriculture intensive et l'utilisation des pesticides qui en découle.

La situation est alarmante car la région compte sur ses terres 4137 espèces différentes, soit environ 60 à 75 % de la flore de la France métropolitaine.
Les listes rouges mises en place par l'Union mondiale pour la conservation de la nature permettent d'évaluer les risques d'extinction des variétés. Afin d'enrayer ce phénomène, il est souhaitable que les plans locaux d'urbanisme prennent en compte ces listes (disponibles sur www.pifh.fr ) et que les systèmes de compensation aux atteintes au patrimoine naturel soient améliorés.
La sonnette d'alarme est donc tirée car, en ce qui concerne Anacamptis laxiflora,par exemple, elle semble déjà avoir disparu des prairies de Haute-Savoie...