Démographie

La densité de population en Rhône-alpes est de 144 habitants au km2

32 % de Rhônalpins ont moins de 25 ans et 25% de Rhônalpins ont moins de 20 ans

Près de 10% des Français vivent en Rhône-Alpes

2874 communes en Rhône-Alpes

La moitié des naissances ont lieu hors mariage

Plus de la moitié des bébés rhônalpins viennent au monde dans un couple non marié.

En 1965, 94 % des naissances avaient lieu dans des couples mariés. Trente ans plus tard, on en comptait plus que 61 %. En 2012, 49 % des bébés rhônalpins sont nés dans un cadre institutionnel… « Cette évolution semble s’expliquer par les réformes successives du droit de la famille qui tendent à égaliser de plus en plus le statut des enfants » expliquent Sophie Perrin et Jérôme Harnois, les auteurs d’une étude de l’Insee Rhône-Alpes parue en juillet 2014.
On observe quelques nuances à l’intérieur de la région : au sein du pôle urbain de Lyon, 56,2 % des couples sont mariés lors de l’accouchement. A Saint-Etienne, ils sont 53,7 % tandis que Grenoble se situe plutôt dans la moyenne avec 50,5 % de couples mariés. En revanche, hors des grands pôles urbains, la proportion de couples mariés tombe à 39 % !
Lorsqu’il s’agit de choisir le nom de famille, celui du père reste largement majoritaire : près de 96 % des enfants nés au sein d’un couple marié portent le patronyme paternel et 80 % pour ceux nés hors mariage.
La paternité est plus tardive : près de 60 % des pères rhônalpins de 2012 ont entre 25 et 34 ans, contre 67 % des mères. Enfin, un cinquième des naissances sont issues d’un couple dont l’un des parents est de nationalité étrangère, un chiffre plus élevé qu’au niveau national.

Le recensement des Rhônalpins a redémarré

En 2014, l’enquête annuelle de l’INSEE porte sur 646 communes de la région Rhône-Alpes et concerne environ 930 000 Rhônalpins. La collecte des données prendra 4 à 5 semaines aux  agents recenseurs qui sont assermentés et tenus au secret professionnel. Elle se terminera le 22 février.
Depuis 2004, une commune sur cinq, de moins de 10 000 habitants est enquêtée tous les cinq ans. Pour les 87 communes supérieures à 10 000 habitants, ce sont environ 18 % des logements qui sont recensés chaque année.
Connaître la population vivant en France permet de déterminer le nombre des conseillers municipaux, la dotation de l’Etat en direction de chaque commune. 350 textes de loi font ainsi référence à la population légale établie par l’INSEE. Ces données démographiques sont aussi une source utile pour analyser les territoires et déterminer les politiques d’aménagement, par exemples le nombre de places en crèche, la construction de logements, les besoins de transport, le nombre de pharmaciens, l’implantation des commerces…

Près de 6,3 millions de Rhônalpins

La région Rhône-Alpes compte 6 283 541 habitants au 1e janvier 2011. Elle reste la 2e région de France après l’Ile-de-France. "Natalité et attractivité dynamisent la démographie rhônalpine" tels sont les enseignements livrés par l’INSEE dont les nouveaux chiffres ont été publiés au Journal officiel fin décembre:
Avec un taux de croissance de 0,9 % annuel, la population rhônalpine est plus dynamique que la moyenne des régions françaises (0,5 %). Ce dynamisme démographique tient à la fois à l’excédent des naissances sur les décès et à l’attractivité des couronnes des grandes aires urbaines.

Depuis 2006, la croissance démographique s'accèlere : chaque année , la région gagne 52 00 habitants, contre 42 000 entre 1999 et 2006.

L’Ain et la Haute-Savoie sont les champions de la croissance démographique avec des taux de croissance respective de 1,3 % et de 1,4 %.
La partie française de l'aire urbaine de Genève a ainsi connu un développement démographique spectaculaire au cours des cinq années (+ 6 500 habitants par an, soit un taux de croissance annuelle de + 2,5 %). Neuf Rhônalpins sur dix, vivent près d'une grande ville dans un espace urbain ou péri-urbain. La région urbaine de Lyon concentre ainsi 35 % de la population rhônalpine.

Toute la région Rhône Alpes n'est cependant pas concernée par cette dynamique : l'agglomération de Saint-Étienne perd des habitants et le département de la Loire n’en gagne que très peu.
Le département le plus peuplé de la région reste le Rhône avec 1 744 236 habitants, suivi par l’Isère 1 215 212 habitants.

AGENDA