Population

6,4

millions. C'est le nombre d'habitants que compte Rhône-Alpes au 1er janvier 2014. La population estimée est, selon l'Insee, de 6 448 900 habitants.

La densité de population en Rhône-Alpes est de 144 habitants au km2

32 % de Rhônalpins ont moins de 25 ans et un quart a moins de 20 ans

Près de 10% des Français vivent en Rhône-Alpes

2874 communes en Rhône-Alpes

Facebook Twitter

Une région riche mais plus d'inégalités

Rhône-Alpes est la 3ème région la plus riche de France, après l'Île-de-France et l'Alsace, mais les inégalités se sont creusées en raison de la crise, selon une étude de l'Insee publiée le 5 février 2015.

"En 2011, la moitié des Rhônalpins vit dans un ménage qui déclare plus de 20.100 euros de revenus par unité de consommation" précise l'Insee dans son étude qui couvre la période 2007-2011, soit un chiffre supérieur de 900 euros au revenu fiscal médian observé en France métropolitaine. Malgré la crise, le revenu moyen a progressé de 3,6 % en Rhône-Alpes contre 3 % en moyenne sur l'ensemble du territoire. Mais cette hausse a été moins rapide qu'entre 2003 et 2007, en raison des difficultés économiques survenues en 2008 et qui ont contribué à creuser les inégalités.

Ainsi le revenu maximal des ménages les moins aisés à reculé de 0,5 % tandis que pour les plus favorisés, il augmentait de 5,2 %. Les revenus ont été plus élevés dans les grandes villes et leur périphérie et plus faibles dans les zones éloignées des centres économiques.

Facebook Twitter

275 000 Rhônalpins de plus

Au 1er janvier 2012, Rhône-Alpes comptait 6 341 160 habitants, un chiffre en augmentation (0,9 % par an) qui la place dans le trio de tête des régions ayant gagné le plus de population entre 2007 et 2012. Si l'ensemble des zones de la région est concernée, la Haute-Savoie connaît une belle progression et devient le 3ème département le plus peuplé après le Rhône et l'Isère. Avec l'Ain (+1,3 % par an) , la Haute-Savoie (+1,4 ) est l'un des départements les plus dynamiques de France grâce notamment à un solde migratoire positif.

En gagnant 86 000 habitants, le Rhône connaît la hausse de population la plus importante au niveau national. Véritable moteur de croissance démographique régional, la métropole lyonnaise accueille à elle seule 22 % des habitants de Rhône-Alpes. L'Ardèche possède également un fort pouvoir d'attraction qui lui permet de combler une évolution naturelle faible, ce qui en fait une exception en Rhône-Alpes. Ce n'est pas le cas de la Savoie ni de la Drôme qui bénéficient de soldes naturels et migratoires quasiment identiques. De son côté, la Loire est le département qui connaît l'évolution la plus faible de la région avec une hausse démographique annuelle de 0,4 %.

La moitié des naissances ont lieu hors mariage

Plus de la moitié des bébés rhônalpins viennent au monde dans un couple non marié.

En 1965, 94 % des naissances avaient lieu dans des couples mariés. Trente ans plus tard, on en comptait plus que 61 %. En 2012, 49 % des bébés rhônalpins sont nés dans un cadre institutionnel… « Cette évolution semble s’expliquer par les réformes successives du droit de la famille qui tendent à égaliser de plus en plus le statut des enfants » expliquent Sophie Perrin et Jérôme Harnois, les auteurs d’une étude de l’Insee Rhône-Alpes parue en juillet 2014.
On observe quelques nuances à l’intérieur de la région : au sein du pôle urbain de Lyon, 56,2 % des couples sont mariés lors de l’accouchement. A Saint-Etienne, ils sont 53,7 % tandis que Grenoble se situe plutôt dans la moyenne avec 50,5 % de couples mariés. En revanche, hors des grands pôles urbains, la proportion de couples mariés tombe à 39 % !
Lorsqu’il s’agit de choisir le nom de famille, celui du père reste largement majoritaire : près de 96 % des enfants nés au sein d’un couple marié portent le patronyme paternel et 80 % pour ceux nés hors mariage.
La paternité est plus tardive : près de 60 % des pères rhônalpins de 2012 ont entre 25 et 34 ans, contre 67 % des mères. Enfin, un cinquième des naissances sont issues d’un couple dont l’un des parents est de nationalité étrangère, un chiffre plus élevé qu’au niveau national.

AGENDA