Santé

Renforcer l'offre de soins

Dans les territoires où l'offre de soins est pauvre, la Région facilite la réalisation de stages d'étudiants en médecine générale, l'installation de jeunes médecins généralistes, ou encore la réalisation de projets de maison de santé pluridisciplinaires et de centres de santé.

Commander le Pass Contraception-prévention

Pour commander le Pass-contraception-prévention rendez-vous sur votre espace M'ra !

Facebook Twitter

Treffort-Cuisiat lutte contre l’ambroisie

«Avant, on ne parlait pas de l’ambroisie. Mais depuis quelques années, elle se développe partout : un seul plant donne 4000 graines ! ».

Jean-Michel Curnillon, adjoint au maire de Treffort-Cuisiat  (Ain), y est aussi « référent ambroisie » : parce qu’il a été agriculteur, ses collègues l’ont choisi pour occuper cette fonction désormais obligatoire dans toute commune et communauté de communes de Rhône-Alpes,  région la plus touchée par cette plante qui provoque de fortes allergies en août et septembre.

« Je monte une exposition, avec la pharmacienne, pour apprendre au public à repérer et à arracher les pousses d’ambroisie, explique-t-il. Et, dans le village, je fais réengazonner préventivement tous les terrains publics ayant subi des travaux. Mais dans les champs, c’est plus compliqué ».
Compliqué parce qu’il faut concilier l’inquiétude des riverains et la préservation de l’activité agricole : «L’été dernier, certains réclamaient la destruction d’un champ de soja dans lequel poussait de l’ambroisie, rapporte Jean-Michel Curnillon. Nous avons choisi une autre solution ». Jérôme Guichon, l’exploitant de cette parcelle, va en effet expérimenter là, au profit de tous les agriculteurs, plusieurs techniques de lutte : désherbage chimique, déchaumage et implantation d’un couvert végétal.

Car, autre complication, il n’existe aucune recette miracle : un autre champ de soja de Jérôme Guichon a été envahi par l’ambroisie… malgré un sulfatage.  «En mars prochain, j’essaierai de faire un faux semi, pour faire germer l’ambroisie et la détruire avant de semer le soja », prévoit-il.

De son côté, Jean-Michel Curnillon monte… une armée : «Même si tout propriétaire a l’obligation de détruire cette plante sur son terrain, je pense créer une brigade de volontaires pour l’arrachage, lance-t-il. Par ailleurs, j’ai réuni tous les référents ambroisie du secteur, pour coordonner notre lutte. Même ceux des montagnes, qui ne sont pas encore concernés, peuvent faire de la prévention ! ».

Facebook Twitter

Les jeunes en première ligne

La Région Rhône-Alpes soutinet les initiatives oeuvrant à une véritable culture de la santé, à l'origine des bons réflexes de prévention et conduisant à faire des citoyens rhônalpins les acteurs de leur propre santé.
La Région concentre ses efforts sur la prévention et la promotion de la santé des 780 000 jeunes de 16 à 25 ans,  principalement dans les domaines de la santé sexuelle, des addictions, de l'hygiène de vie (alimentation, activités sportives, sommeil), de la santé mentale et de l'estime de soi, et enfin de la santé environnementale.

Une application Pass contraception-prévention pour les jeunes

En lien avec le Pass-Contraception prévention et la carte M'ra destinés aux 16/25 ans, la Région propose une application pour smartphones.

Vous vous posez des questions sur votre sexualité ? Vous cherchez un moyen de contraception ? Vous voulez commander votre Pass contraception-prévention ? Vous avez peur d'avoir contracté une IST (infection sexuellement transmissible) et vous ne savez pas ce qu’il faut faire ?

Téléchargez la nouvelle application Pass contraception !


En bonus, le LOVE PUZZLE, adaptation originale du célèbre jeu tetris, qui risque de vous rendre très vite accro...

Essayez-la et donnez-nous votre avis !

L’application Pass contraception-prévention est le fruit du partenariat entre la Région Rhône-Alpes, le Mouvement Français pour le Planning Familial Rhône-Alpes, le Centre Régional d'Information Jeunesse (CRIJ) Rhône-Alpes et l'Association de Lutte contre le Sida (ALS).