La télécabine

Un nouveau tramway aérien à Rio De Janeiro

Sigma Composite a produit 16 000 cabines depuis sa création en 1961, dont plus de 8 000 en aluminium et en polycarbonate. En 2010, l’entreprise a fabriqué 171 cabines pour des clients français et 853 à l’exportation. Sur son carnet de commandes l’an prochain, une quinzaine de cabines en remplacement d’un téléphérique à Avoriaz et 43 cabines pour la seconde ligne de tramway aérien de Rio au Brésil. 152 cabines desservent déjà 6 gares implantées dans des favellas.

le Groupe

Sigma Composite produit l’essentiel des cabines du groupe italien HTI BV, qui détient également Poma et Leitner, spécialisés dans le transport par câble.

Sigma Composite réalise des véhicules spéciaux : une plateforme suspendue à une éolienne à Vancouver et les trente-deux capsules panoramiques (de 25 places
chacune) de la grande roue de Londres.

La télécabine

Les premiers « oeufs » ont été construits en Isère. Sigma Composite, rachetée par Poma, est le premier fabricant au monde de télécabines. L’oeuf a grossi : aujourd’hui, à New York, deux cabines rhônalpines de 110 passagers franchissent l’East River.

Le premier « oeuf » français a été pondu par la société Mancini en 1951 à Villard-de-Lans, en Isère. Sigma Composite s’est vite imposé comme le premier fabricant de télécabines français. Depuis 1964, l’entreprise de Veyrins-Thuellin, rachetée par Poma en 1979, a produit 5 180 oeufs, équipé une centaine de lignes de télécabines quatre places dans le monde.
Au fur et à mesure des progrès techniques, l’oeuf a vu sa ligne et sa capacité évoluer. En 1973, la première télécabine six places sort des ateliers
Sigma, puis en 1997 une huit places au look rajeuni mais toujours avec une peau en polyester. « L’évolution des cabines est liée à la technologie de la pince qui la suspend et qui doit résister au glissement », explique Francis Charamel, directeur général de Sigma Composite. En 2003, une rupture technologique, la cabine en aluminium et en polycarbonate, donne au fabricant français un bel avantage sur le marché mondial. Depuis, plus de 8 000 de ces télécabines ont été vendues. Plus modulables, elles offrent jusqu’à vingt places debout, voire trente-cinq places pour la ligne Saphir, plus ronde et plus spacieuse. Courchevel, Aspen (Colorado), Hong-Kong, Kitzbühel (Autriche), Kronplatz (Italie) et Chamonix les ont adoptées.
Avec ces cabines, Sigma Composite associé à Poma s’est ouvert de nouveaux horizons dans le transport urbain. Elle s’est diversifiée dans les funiculaires, les téléphériques, les ascenseurs inclinés. L’entreprise a participé à la rénovation de la ficelle de Saint-Just à Lyon. À Medellin (Colombie), ses cabines transportent un million de passagers par mois. À New York, deux cabines de 110 passagers franchissent l’East River. Cette ligne a été la dernière à fermer et la première à rouvrir lors du passage de la tempête Irène en août.
En fin d’année, un train de 270 places, conçu et fabriqué à Veyrins, desservira les terminaux de l’aéroport du Caire. « Son châssis sous coussin d’air réduit les opérations de maintenance », se réjouit Francis Charamel, qui voit s’ouvrir de nouvelles voies de croissance en ne mettant pas tous ses oeufs dans le même panier.

De la conception à la fabrication

La production de télécabines est presque totalement intégrée dans l’usine de Veyrins-
Thuellin. Elle est répartie entre cinq ateliers de tôlerie mécanique, de composite, de
thermoformage, de peinture et de montage. Les compétences du bureau d’études et de l’usine sont également utilisées pour la conception et la fabrication de toitures de gares
de télécabines. Sigma Composite emploie 66 personnes à temps plein et presque
autant en intérim en pleine saison pour un chiffre d’affaires de 18 millions d’euros
en 2011. La grande majorité des cabines sont livrées entre fin septembre et fin novembre, avant l’ouverture de la saison de ski. L’entreprise iséroise travaille en étroite
collaboration avec Poma spécialisé dans la configuration des infrastructures, des câbles
et des ouvrages, des potences et des pylônes.

Funiculaire

Sigma Composite va construire le prochain funiculaire de Grasse qui reliera la gare ferroviaire de la cité des parfums au centre-ville.