Le gobelet froissé de Revol

Zoom sur...

Olivier Passot, PDG de RevolOlivier Passot, PDG de Revol

 

  • 212 ans d'histoire

À 41 ans, Olivier Passot est le représentant de la onzième génération aux commandes de l’entreprise drômoise, fondée en 1789. Potiers à Lyon, les frères Revol décidèrent cette année-là de revenir dans leur région d’origine, loin de la tourmente révolutionnaire. L’usine actuelle de Saint-Uze date de 1800. Cette longévité vaut à Revol
d’appartenir au cercle restreint des Henokiens, une association internationale d’entreprises familiales qui ont plus de 200 ans d’histoire, au même titre que l’armurier italien Beretta ou l’auberge japonaise la plus ancienne, Hoshi, fondée en 717.

  • Made in France

Revol emploie 210 personnes à Saint-Uze. La main-d’oeuvre représente la moitié du prix des produits Revol. Elle est fidèle : en décembre 2012, sur 104 médailles du travail remises, 15 l’étaient pour plus de 40 années d’ancienneté dans l’entreprise.

  • Création

L’innovation est l’un des moteurs de la croissance de Revol : le chiffre d’affaires a progressé de 40 % en trois ans, à 18,7 millions d’euros en 2012.

  • Musée

Olivier Passot a recruté deux retraités à mi-temps pour plonger dans les archives de l’entreprise et dénicher d’anciens articles de la maison chez des antiquaires ou dans des brocantes. Travaux et recherches qui déboucheront sur la création d’un musée dans une aile du château située à proximité de l’usine Revol. Ce musée regroupera la maison de la céramique, également à Saint-Uze.

Facebook Twitter

La référence des pauses café

Né dans la Drôme, dans une des plus anciennes entreprises françaises, le gobelet froissé de Revol fait le tour du monde, se décline dans toutes les couleurs et les formes.

C’est en écrasant un gobelet en plastique qu’un client allemand a donné l’idée à Revol,  entreprise drômoise, de dessiner des tasses en porcelaine froissée. Décliné en huit tailles, en vingt-quatre couleurs, revêtu du drapeau brésilien ou de la bannière étoilée, utilisé comme vérine, ramequin, verre, pot de fleur, support publicitaire ou comme seau à champagne pour les plus grands, ce gobelet suscite l'inspiration.

Et aussi l’étonnement : certains clients l’ont même renvoyé, pensant qu’il était défectueux. Mais il est devenu un des plus grands succès des collections de Revol. Du coup, une nouvelle gamme de plats froissés colorés a été lancée cette année. Comme de nombreux autres produits de la maison, le gobelet froissé est coulé, démoulé, ébavuré, émaillé, estampillé et emballé entièrement à la main. « Et en France », souligne Olivier Passot. Il est aussi beaucoup copié, malgré le dépôt des modèles. « Nous avons gagné un procès contre un grand copieur italien en 2012, après trois ans de bataille judiciaire », se félicite le jeune chef d’entreprise.

La création est le fer de lance de Revol, où tout est intégré.

« Nous fabriquons notre pâte, nos moules, nous construisons nos fours », explique le patron de l’entreprise de Saint-Uze, qui maîtrise aussi la conception de ses produits. Son bureau d’études interne est à l’origine de 50 % des moules, l’autre moitié étant confiée à des designers extérieurs. Depuis un peu moins d’un an, l’entreprise a embauché son propre designer. Comme les grands couturiers, Revol renouvelle ses collections. L’une des dernières, intitulée Révolution, a la particularité d’être compatible avec toutes les sources de chaleur : four électrique, flammes du gaz, micro-ondes, plaque à induction. La mise au point de cette matière a nécessité trois ans de recherche, en lien avec un laboratoire extérieur. Revol l’avait déjà utilisée pour créer une porcelaine teintée noire, imitant l’ardoise, mais plus saine, non poreuse et n’absorbant pas les graisses.

Avec une  douzaine de collections, 1 500 modèles différents et 3 000 références, les porcelaines culinaires de Revol sont incontournables. Pour rester en phase avec les tendances gastronomiques,  l’entreprise s’entoure depuis 1994 des conseils de grands chefs comme Anne-Sophie Picq et Régis Marcon. Ainsi Revol vient de dévoiler une nouvelle collection de contenants : pot, saucière, salière, poivrier, moutardier, soliflore, dénommée Likid, dessinée par le designer Eric Berthès, inspirée par la forme d’une outre. Le grand public est de plus en plus séduit par les produits Revol, qui s’exportent dans quatre-vingt-quatre pays, principalement en Angleterre, en Belgique, aux États-Unis et en Russie. Mais peu en Chine, où le wok fait de l’ombre à la cuisine au four.