Parcs Naturels Régionaux

Carte des Parcs de Rhône-Alpes

Facebook Twitter

Portraits de territoires

A lire : deux synthèses de l’Insee viennent de paraître sur les Bauges et la Chartreuse, des territoires aux cœurs touristiques et ruraux sous influence de leurs frontières périurbaines :

 

Idées de sorties dans les PNR

Randonnées en Chartreuse avec âne et buddy par Sherpane

 

Jeu de piste sur smartphone : Rewild. Quatre tracés de rando au choix dans quatre parcs (Bauges, Chartreuse, Jura, Vercors) avec des sessions de jeu allant de un à cinq jours d'itinérance. Une bonne condition physique, une dose d'humour, et en route pour les indices !

 

  • L'Odyssée verte dans le Vercors est un sentier suspendu à hauteur des cimes, dans la forêt de Gresse-en-Vercors.

 

 

Facebook Twitter

Le Parc Naturel du Vercors lutte contre la pollution lumineuse

Les éclairages artificiels ont un impact négatif sur l’équilibre de la faune et de la flore. Le Parc Naturel Régional du Vercors (PNRV) agit contre cette réalité en menant des actions de sensibilisation auprès des habitants et des élus du territoire.

On n’admire plus de ciel étoilé en ville depuis une éternité. L’inverse était encore vrai en campagne il y a trente ans, mais depuis, l’urbanisation a pris le pas sur la nature. Dans le PNRV, on ne compte pas moins de 3670 luminaires, soit 1 pour 14 habitants. Un volume important qui pèse sur l’environnement, comme l’explique Benoit Betton, chargé de mission en biodiversité au parc : « L’éclairage public a perturbé le rythme biologique des espèces. Les insectes, notamment, sont attirés par la chaleur et tournent autour des lampadaires alors qu’ils devraient être en train de polliniser ou servir de nourriture aux rapaces et aux oiseaux ».

Eliminer les luminaires nuisibles

A la raréfaction des ressources alimentaires s’ajoutent les journées à rallonge pour les volatiles : « Les oiseaux vivent au rythme de la lumière et à cause de l’éclairage public, ils n’arrivent plus à différencier le jour de la nuit. Leur zone d’activité est plus longue, ce qui les épuise et réduit à terme leur durée de vie », poursuit Benoît Betton. Depuis une dizaine d’années, le PNRV multiplie les mesures pour faire face au problème, car c'est également un enjeu énergétique : « Nous incitons les communes à l’extinction des éclairages et les encourageons à s’équiper de luminaires plus écologiques », détaille Emmanuel Jeanjean, chargé de mission énergie au parc.

Un exemple : remplacer les traditionnels lampadaires « boule » permet de récupérer 30% d’énergie perdue vers le ciel et d’en gagner autant vers le sol. « Nous organisons des audits énergétiques pour accompagner les collectivités dans leurs travaux d’amélioration. L’investissement de départ est vite rentabilisé : les communes peuvent faire jusqu'à 70% d’économie sur leur facture d’énergie si elle choisissent l’option extinction en plus de l'amélioration ». Pour le moment, 65 communes ont réalisé des audits et une dizaine ont changé de système d’éclairage : « C’est bien, mais on peut mieux faire », souligne Emmanuel Jeanjean.

Pour sensibiliser le plus grand nombre, le Parc participe à la manifestation nationale contre la pollution lumineuse « Le jour de la nuit ». Elle se tiendra cette année le 10 octobre.

Les Baronnies tiennent enfin leur PNR

Le décret de création du Parc naturel régional des Baronnies a été signé par la ministre de l'écologie.

C'est l'aboutissement d'un long processus : depuis 2004, les Conseils régionaux de Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte-d'Azur soutiennent la création de ce parc, le 8ème pour Rhône-Alpes. D'une superficie de 226 400 hectares, cette nouvelle entité compte 130 communes, réparties sur la Drôme et les Hautes-Alpes. "Cette labellisation va permettre au territoire des Baronnies de s'organiser autour d'un projet concerté de développement durable en mettant en oeuvre une politique innovante" a souligné Edouard Simonian, conseiller délégué aux Parcs naturels régionaux.

Le décret de création de ce 8ème PNR rhônalpin reprend l'une des propositions de la Région concernant les communes qui n'ont pas souhaité adhérer dès l'origine : elles acquièrent un statut de communes associées, plus souple, permettant leur adhésion dans 7 ans.

Les parcs, mode d'emploi

Qu'est-ce qu'un PNR ? C'est un territoire rural habité, avec des patrimoines culturels et naturels remarquables. Il est aussi un outil pour mettre en oeuvre un plan de développement durable.

Quelles sont les contraintes pour les particuliers ? Aucune, car il n'a pas de pouvoir réglementaire : il ne modifie en rien les règles applicables au droit de propriété, à la chasse, à la pêche.

Comment sont financés les PNR ? Par les Régions (60 % en Rhône-Alpes), l'Etat, les Départements et les communes adhérentes. Chaque année, la Région Rhône-Alpes a inscrit près de 10 millions d'euros dans son budget pour les PNR.

Quelle est la différence entre un parc national et un parc naturel régional ? Un parc national est créé par décision du gouvernement, sur un territoire généralement inhabité : il a pour vocation première de protéger et conserver un espace naturel exceptionnel. Un par national met en place des règlementations contraignantes, ce qui n'est pas le cas d'un parc naturel régional, qui ne fait l'objet d'aucune règlementation particulière.

Qu'est-ce qu'une réserve naturelle régionale ? En Rhône-Alpes, il existe 12 réserves qui couvrent une superficie de 2 000 hectares : elles sont nées de la volonté de protéger un espace naturel remarquable sur un périmètre restreint qui abrite des espèces et milieux naturels menacés.

Journal Rhône-Alpes spécial Parcs

Feuilletez le n°29 / Eté 2013 du journal Rhône-Alpes

Les Parcs Nationaux en Rhône-Alpes

La Vanoise : premier parc français

Créée en juillet 1963, le parc national de la Vanoise est le doyen des parcs nationaux. C'est la disparition du bouquetin qui a provoqué la naissance de ce parc, suivie de neufs autres en France. Il s'étend sur 528 km², sur deux vallées,  la Tarentaise et la Maurienne, couvrant 28 communes du département de Savoie (36 900 habitants). Son plus haut sommet : la Grande Casse, à 3 855 m.

Les Ecrins : l'un des plus vastes

Né en mars 1973, dix ans après son grand frère alpin, le parc national des Ecrins est plus vaste que le parc de la Vanoise. Il s'étend sur deux départements, l'Isère et les Hautes-Alpes, sur 918 km²  et quelques 61 communes. Il compte 150 sommets au-dessus de 3 000 mètres et culmine avec la Barre des Ecrins, 4 102 m et la fameuse Meije, à 3 983 m.

Les Bauges sèment le concours des prairies fleuries

Depuis 2007, le PNR des Bauges organise chaque année en juin, un concours des prairies fleuries pour dépasser l'opposition classique entre production agricole et protection de la nature, et valoriser la qualité du travail des agriculteurs. « La démarche a suscité une forte adhésion dès la première année » indique Cyrielle Leroy, l'animatrice de ce programme dans les Bauges, « le concours s'est étendu à l'échelle nationale en 2010, réunissant les PNR, les Chambres d'agriculture, les syndicats de produits AOC, les apiculteurs, le Conservatoire des espaces naturels, le monde de la recherche... »
Devant le succès de l'opération et grâce à un financement européen, le Parc a mis en place une incitation financière de 89 euros à l'hectare qui engage l'agriculteur à préserver cette qualité.

Plus d'infos : Site Concours Agricole National des Prairies Fleuries