Tourisme

Des conventions de 3 ans ont été signées sur 17 espaces pluristations afin de développer une offre touristique 4 saisons sur les trois massifs de montagne de Rhône-Alpes.

Saisonniers, employeurs posez vos questions et réussissez votre saison

www.questionSaison.fr

 

Le tourisme d'affaires représente
20 % de l'activité touristique de  rhônalpine

Une position de leader sur l'espace montagne comme sur le tourisme vert. Rhône-Alpes est aussi la première région française pour les grands espaces et les milieux protégés

2ème région française en terme de population et d'actifs du tourisme : environ
12 %
de l'emploi touristique français se trouve en Rhône-Alpes

Une excellente trêve des confiseurs

81 % des professionnels du tourisme sont satisfaits de la fréquentation des fêtes de fin d'année malgré un enneigement insuffisant : c'est le résultat d'une enquête menée par Rhône-Alpes Tourisme en partenariat avec Ipsos.

La neige était quasiment absente dans les stations et insuffisante sur les pistes. Ce manque n'a pas empêché les touristes de venir en montagne pour la trêve des confiseurs : au dire des professionnels, les établissements ont été remplis à plus des 3/4 de leur capacité en zone de montagne et aux 2/3 pour les autres secteurs, pendant les vacances de Noël.

La clientèle française reste la plus fidèle et s'est maintenue par rapport à l'an passé, pour 62 % des stations. Mais la clientèle internationale gagne du terrain et a permis de remplir les hébergements. Les Britanniques arrivent en tête, loin devant les Belges et les Néerlandais. La clientèle russe s'installe à la quatrième place : elle semble se répartir dans un plus grand nombre de stations et diversifie les types d'hébergement.

La consommation touristique reste soutenue, voire en hausse pour 18 % des professionnels, globalement optimistes pour la suite de la saison : 60 % affichent leur confiance tandis qu'un tiers d'entre eux se montre plus réservé.

Deux fois plus d’emplois saisonniers l’hiver

Selon une nouvelle étude réalisée par l'INSEE, en collaboration avec les services de la Région Rhône-Alpes, 5 % des emplois salariés de Rhône-Alpes sont directement générés par la fréquentation touristique, soit 115 500 emplois en moyenne annuelle.

En Rhône-Alpes, le travail saisonnier représente 35 400 emplois en moyenne. Le tourisme de montagne étant particulièrement développé, les emplois saisonniers sont deux fois plus nombreux l’hiver que l’été : 24 300 emplois saisonniers en moyenne l’hiver (soit un emploi lié au tourisme sur cinq en moyenne et jusqu’à un sur deux en Tarentaise ou en Maurienne) contre 11 100 emplois saisonniers l’été.

Durant une saison, un même emploi peut être occupé par plusieurs salariés successifs, aussi compte-t-on 55 100 salariés saisonniers en hiver pour 24 300 emplois. L'écart est plus marqué l’été avec 31 000 saisonniers pour 11 100 emplois.

Mais, quelque soit la saison, la moitié des emplois touristiques, saisonniers ou non, sont générés par les deux secteurs les plus représentatifs du tourisme : la restauration, avec un tiers des emplois touristiques, et l'hébergement avec un quart.

L'INSEE relève des profils différents selon les saisons : les saisonniers sont plus jeunes en été et sont majoritairement des femmes.
En hiver, on note cependant une plus grande parité grâce aux secteur des remontées mécaniques où deux employés sur trois sont de sexe masculin.
Enfin, l'étude pointe une plus grande précarité pour les saisonniers d'été. Un saisonnier sur deux est à temps complet l’été contre 66% l’hiver et la rémunération moyenne des emplois saisonniers s'élève à 12,20 euros brut de l’heure en hiver contre seulement 10,90 euros en été.

En savoir plus : PDF de l'étude de l'INSEE

Sur le web : Site de l'INSEE

Une nouvelle dynamique touristique pour Rhône-Alpes

Avec 200 000 emplois directs et  indirects, 10 milliards d'euros de consommation touristique soit 7 % du PIB régional, Rhône-Alpes est la 2e destination touristique de France.

Secteur clé de l'économie rhônalpine, le tourisme est aujourd'hui en pleine mutation. Les comportements changent, la demande évolue et l'offre touristique rhônalpine est affectée par plusieurs phénomènes : vieillissement des équipements touristiques, forte concurrence internationale, changements climatiques...  Face à ces enjeux, la Région s'est engagée avec l'ensemble de ses partenaires, vers une économie du tourisme innovant et durable, en adoptant dès 2008 son premier Schéma Régional de Développement du Tourisme et des Loisirs (pdf 1,6 Mo).

Aujourd'hui, la Région articule sa stratégie autour de six grands objectifs :

  • L'optimisation des procédures touristiques contractuelles.
  • La mise en tourisme de la voie verte ViaRhôna.
  • Une prise en compte ajustée de la saisonnalité (pdf 1 Mo).
  • Un renforcement du tourisme social et solidaire.
  • Une structuration de sa politique en direction des refuges.
  • La mise en place d'outils d'aide à la création / décision de projets consolidés.

La Région a parallèlement installé une « Maison commune du tourisme pour tous ».  Rassemblant les acteurs intervenant dans le domaine du tourisme social et solidaire, cette instance est à la fois une plateforme de rencontres, de réflexion, de partage d'expériences et de mutualisation.

Une étude de saison

En interrogeant plus de huit cents saisonniers et de 150 employeurs, le Fongecif Rhône-Alpes s'est doté d'un outil fiable sur la saisonnalité en Rhône-Alpes.

Les résultats de cette enquête permettent de dégager, sinon un portrait robot du travailleur de saison, en tout cas un profil assez précis pour connaître ses attentes et ses atouts. Agés en moyenne de 35,5 ans, les travailleurs saisonniers vivent en couple pour la moitié d'entre eux avec des saisonniers pour le quart d'entre eux. Principalement employés et ouvriers, les saisonniers interrogés n'ont pas rencontré de problèmes de niveau de formation (du CAP au Bac +2) au moment de leur embauche même si 77% d'entre eux aimeraient suivre une formation dans les deux ans à venir. Faire "les saisons" (4 dans la même entreprise en moyenne) n'empêche donc pas de se projeter dans le futur même si la moitié des personnes interrogées recherche un travail à l'année. Si environ un tiers des saisonniers de l'enquête affirment avoir choisi ce statut, ils sont 83% à souhaiter un changement de situation professionnelle.
Dans les cinq départements où a été menée cette enquête (Ardèche, Drôme, Isère, Savoie, Haute-Savoie) l'activité de saison concerne avant tout les métiers du tourisme, notamment de montagne et d'été pour le sud de la Drôme et de l'Ardèche. Aujourd'hui, le Fongecif et la Région ont deux objectifs : proposer une offre de formation plus adaptée à la saisonnalité et sécuriser les parcours professionnels de ces travailleurs pas tout à fait comme les autres.