Tourisme

Avec ses 150 stations de ski, ses 2 300 remontées mécaniques, Rhône-Alpes est la première destination touristique de montagne.

Elle enregistre chaque année 60 millions de nuits touristiques générant plus de 6 milliards d’euros (chiffres 2012)

2ème région française en terme de population et d'actifs du tourisme : environ
12 %
de l'emploi touristique français se trouve en Rhône-Alpes

Le tourisme d'affaires représente
20 % de l'activité touristique de  rhônalpine

Saisonniers, employeurs posez vos questions et réussissez votre saison

www.questionSaison.fr

 

Une position de leader sur l'espace montagne comme sur le tourisme vert. Rhône-Alpes est aussi la première région française pour les grands espaces et les milieux protégés

La Région aide les jeunes à partir en vacances

35 à 40 % des Français ne partent jamais en vacances, selon la Caisse nationale d’allocations familiales et moins de 10 % pour skier. La Région veut accompagner plus de jeunes dans leur projet de séjour en montagne.

« Nous sommes partis  entre amis, en toute autonomie. On est très content » rapporte Oussama, 17 ans. Ce lycéen de Chambéry a passé une semaine de vacances au ski avec quatre de ses amis, au Carroz d’Arâches en Haute-Savoie.
Accueillis dans le village de vacances des Flocons Verts, du groupe Ternelia, au milieu d’autres familles, ils ont pu profiter d’un cadre de vie idéal au pied des pistes. Les activités et la place ne manquent pas : ski, barbecue des neiges, patinoire, soirée festive, sorties raquettes, club enfant/ados, salle de spectacles. Ouvert toute l'annnée, ce complexe hôtelier compte 55 logements et peut héberger jusqu’à 300 vacanciers.
« Nous n’aurions jamais pu partir sans l’aide de la MJC de Chambéry qui nous a informés de cette formule » explique t-il. Ces jeunes ont bénéficié de l’aide régionale au départ en vacances et pu séjourner en pension complète pour la somme de 80 €, forfait compris.
« Il est nécessaire d’encourager les jeunes à découvrir nos montages, de leur transmettre les valeurs du vivre ensemble », explique Jean-Jack Queyranne, président de la Région, sans oublier le « poids économiques des vacances qui font aussi la richesse de notre région ».

En partenariat avec l’Agence nationale pour les chèques vacances, Rhône-Alpes Tourisme, et grâce à la mobilisation des professionnels du tourisme social et solidaire, la Région s’engage, pour l’année 2015, à épauler plus de 1 500 jeunes Rhônalpins dans leurs projets de vacances.

Devenir la première région oenotouristique de France

Le week-end des 25 et 26 octobre sera fascinant. C'est en tout cas ce que propose le comité Vin Rhône-Alpes qui a fédéré des destinations labellisées "Vignobles et découvertes" pour proposer au grand public de découvrir de façon originale cinq terroirs viticoles. Les amateurs iront donc en Savoie (coeur de Savoie et Savoie lac du Bourget) ; dans le Beaujolais des Pierres dorées ; dans la vallée du Rhône, de condrieu à côte-rôtie, de l'hermitage en saint-joseph et de cornas en saint-péray. Survoler des vignes en gyrocoptère, trouver l'association vin rouge-chocolat avec les meilleurs produits, voir le cheval travailler dans les vignes... Les offres sont très nombreuses et toutes disponibles sur le site du week-end.

Une tête de pont à lyon pour 2016

La stratégie du comité Vin Rhône-Alpes dépasse le "Fascinant week-end". Il envisage, dans un futur proche, l'installation d'un nouveau lieu dédié au vins, et situé au coeur de Lyon. A la fois centre de ressources pour toutes les infiormations liées au vin en Rhône-Alpes, lieu de rencontres avec les viticulteurs et, bien sûr de dégustation, cette ambassade sera la tête de pont d'une offensive menée de front par les viticulteurs, les hébergeurs, les décideurs économiques avec, en tête de file la Région : faire de Rhône-Alpes la première région oenotouristique de France. Le haut du classement est aujourd'hui occupé par l'Alsace et la Loire, mais un observatoire rhônalpin est en cours de création : il devrait permettre de mieux recenser le rayonnement des vignobles de la région sur l'activité touristique.

Une nouvelle dynamique touristique pour Rhône-Alpes

Avec 200 000 emplois directs et  indirects, 10 milliards d'euros de consommation touristique soit 7 % du PIB régional, Rhône-Alpes est la 2e destination touristique de France.

Secteur clé de l'économie rhônalpine, le tourisme est aujourd'hui en pleine mutation. Les comportements changent, la demande évolue et l'offre touristique rhônalpine est affectée par plusieurs phénomènes : vieillissement des équipements touristiques, forte concurrence internationale, changements climatiques...  Face à ces enjeux, la Région s'est engagée avec l'ensemble de ses partenaires, vers une économie du tourisme innovant et durable, en adoptant dès 2008 son premier Schéma Régional de Développement du Tourisme et des Loisirs (pdf 1,6 Mo).

Aujourd'hui, la Région articule sa stratégie autour de six grands objectifs :

  • L'optimisation des procédures touristiques contractuelles.
  • La mise en tourisme de la voie verte ViaRhôna.
  • Une prise en compte ajustée de la saisonnalité (pdf 1 Mo).
  • Un renforcement du tourisme social et solidaire.
  • Une structuration de sa politique en direction des refuges.
  • La mise en place d'outils d'aide à la création / décision de projets consolidés.

La Région a parallèlement installé une « Maison commune du tourisme pour tous ».  Rassemblant les acteurs intervenant dans le domaine du tourisme social et solidaire, cette instance est à la fois une plateforme de rencontres, de réflexion, de partage d'expériences et de mutualisation.

Des conventions stations vallées

Un nouveau mode d’accompagnement des  stations de ski prend le relais des anciens « Contrats de stations durables » arrivés à échéance.
Les élus régionaux ont adopté  fin janvier 2015, le principe de « Convention stations vallées » et « pôles de nature ». Ils élargissent le périmètre d’intervention en liant les projets des stations aux vallées. « Les conventions seront établies sur quatre thèmes prioritaires » explique Claude Comet en charge de du tourisme et de la montagne : la mobilité en particulier le déplacement des vacanciers jusqu’à leur lieu de séjour et ensuite sur dans la station ; l’hébergement, avec le renouvellement du parc existant dans la perspective d’un élargissement de la clientèle et de sobriété foncière ; l’élévation des compétences des professionnels du secteur touristique en lien avec les travailleurs saisonniers et enfin la diversification des activités, en s’appuyant sur la valorisation de ressources agricoles, artisanales ou culturelles.